IBM concurrent de Google avec LotusLive ?

Je viens de tester IBM Lotus Live iNotes, présenté partout comme concurrent de Google Apps… je suis plutôt septique:

  • La capacité est moindre : 25 Gb par boite chez Google, 1 Gb chez IBM.
  • Les serveurs et l’application d’IBM sont beaucoup moins réactifs. Exemple: pour ouvrir une session pour une adresse Gmail gratuite il me faut 6s, contre 12s sur un compte Lotus Live dit professionnel…
  • L’offre annoncée comme concurrente n’inclue que la messagerie et l’agenda : pas de documents partagés en ligne dans iNotes. Il faut ajouter pour cela des options coûteuse.
  • On peut avoir des comptes gratuits chez Google: de quoi disposer d’un bataillon de testeurs et surtout de prescripteurs.
  • Pas de version mobile pour LotusLive.
  • Le certificat SSL d’IBM n’est pas certifié par une autorité reconnue par mon téléphone Android.

Alors, certes, l’interface de LotusLive iNotes est simple, l’administration est la la portée d’une secrétaire (encore que ce ne soit pas si bien fait que cela), mais je préfère continuer d’utiliser GMail pour mes comptes perso, et pour la messagerie professionnelle, Zimbra (disponible gratuitement en version open source) hébergé localement, demeure pour moi un choix pertinent.

Comparatif financier selon le nombre de BAL :

Fournisseur Investissement de départ Prix annuel pour 50 BAL Prix annuel pour 100 BAL Prix annuel pour 200 BAL
IBM Lotus Live iNotes – uniquement la messagerie avec 1Gb 0 1 800 $ 3 600 $ 7 200 $
IBM Lotus Live iNotes + Connections- messagerie avec 1Gb + partage de documents 0 7 650 $ 15 300 $ 30 600 $
Google Apps  (avec+ d’applications, + d’espace de stockage 25Gb, une version mobile, et une version gratuite) 0 2 500 $ 5 000 $ 10 000 $
Zimbra local 5 000 $ pour un serveur correct taillé pour 100 BAL 0 $ 0 $ 0

Comparé à Google Apps:
– Pour 50 personnes, mon serveur local est amorti en 2 ans.
– Pour 100 personnes, mon serveur local est amorti la 1ère année
– Pour 200 personnes, mon serveur local est amorti en 6 mois

Bien entendu, avec une solution externalisée, il n’y a pas de service informatique à avoir, mais il ne faut pas croire qu’on obtient le même niveau de service. Une solution externalisée permet-elle une gestion des sauvegardes/restaurations, un interfaçage avec l’intranet pour afficher ne serait-ce qu’un carnet d’adresse ou les agendas ?

Le confort d’utilisation d’un serveur installé sur le réseau local à 100 MBits/s ou 1000 Mbits/s n’est pas le même qu’avec une application hébergée dont l’accès passe par un firewall, un accès xDSL à quelques MBits/s, puis un ou 2 opérateurs.

Quand au comparatif Google Apps / Lotus Live, il me fait bien rigoler: la version iNotes annoncée dans la presse dispose de trop peu de fonctionnalités pour pouvoir être raisonnable comparé à l’offre Google.

______
François, pas lotus-live pour un sous

Publicités

Vers la fin de Yahoo ?

Lorsque Louis Naugès parlait d’un rapprochement Microsoft-Yahoo fin 2006, je n’y croyait pas.

Et bien, maintenant, on ne parle plus de rapprochement, mais d’achat. 😦
Ce n’est pour l’instant qu’une offre d’achat amicale, qu’ils peuvent refuser. Mais après… ?

Un tel rapprochement serait navrant, pour plusieurs raisons :

  • que va devenir Yahoo ? Un nouveau Netscape chez AOL ? On a vu le résultat, pas brillant.
  • Cumuler des parts de marché faibles ne résout aucunement le problème des services en lignes « à la traine ». Si l’audience de Yahoo a baissé, c’est pour une raison, c’est là qu’il faut chercher une solution (le moteur est perfectible !). Si Microsoft ne décolle pas, c’est pour une raison.
  • Yahoo a fait des efforts et des acquisitions pour se redresser. Que vont devenir ses acquis et acquisitions ?
    Zimbra, serveur de messagerie open source concurrent d’Exchange, qui deviendrait propriété de Microsoft ?
    FlickR ?
    Yahoo mail et ses millions d’abonnés: le premier webmail gratuit d’une capacité illimitée
  • Les 2 entreprises ont des mentalités différente. Fusionner ces équipes va être très difficile.
  • Que foutoir : Microsoft vient de faire une offre sur le moteur de recherche Fast.
    C’est quoi la stratégie ? Sortir le carnet de chèque pour s’acheter des parts de marché ?

J’espère que les actionnaires de Yahoo ont les nerfs solides et ne cèderont pas à la panique.

Edit: Lecture recommandée : Un mariage risqué selon Olivier Ezrati qui a passé 15 ans au marketing chez Microsoft

Pour beaucoup, la seule façon raisonnable est de laissé Yahoo indépendant

_______
François