IBM concurrent de Google avec LotusLive ?

Je viens de tester IBM Lotus Live iNotes, présenté partout comme concurrent de Google Apps… je suis plutôt septique:

  • La capacité est moindre : 25 Gb par boite chez Google, 1 Gb chez IBM.
  • Les serveurs et l’application d’IBM sont beaucoup moins réactifs. Exemple: pour ouvrir une session pour une adresse Gmail gratuite il me faut 6s, contre 12s sur un compte Lotus Live dit professionnel…
  • L’offre annoncée comme concurrente n’inclue que la messagerie et l’agenda : pas de documents partagés en ligne dans iNotes. Il faut ajouter pour cela des options coûteuse.
  • On peut avoir des comptes gratuits chez Google: de quoi disposer d’un bataillon de testeurs et surtout de prescripteurs.
  • Pas de version mobile pour LotusLive.
  • Le certificat SSL d’IBM n’est pas certifié par une autorité reconnue par mon téléphone Android.

Alors, certes, l’interface de LotusLive iNotes est simple, l’administration est la la portée d’une secrétaire (encore que ce ne soit pas si bien fait que cela), mais je préfère continuer d’utiliser GMail pour mes comptes perso, et pour la messagerie professionnelle, Zimbra (disponible gratuitement en version open source) hébergé localement, demeure pour moi un choix pertinent.

Comparatif financier selon le nombre de BAL :

Fournisseur Investissement de départ Prix annuel pour 50 BAL Prix annuel pour 100 BAL Prix annuel pour 200 BAL
IBM Lotus Live iNotes – uniquement la messagerie avec 1Gb 0 1 800 $ 3 600 $ 7 200 $
IBM Lotus Live iNotes + Connections- messagerie avec 1Gb + partage de documents 0 7 650 $ 15 300 $ 30 600 $
Google Apps  (avec+ d’applications, + d’espace de stockage 25Gb, une version mobile, et une version gratuite) 0 2 500 $ 5 000 $ 10 000 $
Zimbra local 5 000 $ pour un serveur correct taillé pour 100 BAL 0 $ 0 $ 0

Comparé à Google Apps:
– Pour 50 personnes, mon serveur local est amorti en 2 ans.
– Pour 100 personnes, mon serveur local est amorti la 1ère année
– Pour 200 personnes, mon serveur local est amorti en 6 mois

Bien entendu, avec une solution externalisée, il n’y a pas de service informatique à avoir, mais il ne faut pas croire qu’on obtient le même niveau de service. Une solution externalisée permet-elle une gestion des sauvegardes/restaurations, un interfaçage avec l’intranet pour afficher ne serait-ce qu’un carnet d’adresse ou les agendas ?

Le confort d’utilisation d’un serveur installé sur le réseau local à 100 MBits/s ou 1000 Mbits/s n’est pas le même qu’avec une application hébergée dont l’accès passe par un firewall, un accès xDSL à quelques MBits/s, puis un ou 2 opérateurs.

Quand au comparatif Google Apps / Lotus Live, il me fait bien rigoler: la version iNotes annoncée dans la presse dispose de trop peu de fonctionnalités pour pouvoir être raisonnable comparé à l’offre Google.

______
François, pas lotus-live pour un sous

Firefox 353 et mise à jour de Flash player sous Linux

Firefox 3.5.3 introduit une nouvelle fonctionnalité détectant votre version de flash player et indiquant si celle-ci est à mettre à jour… sauf que sous linux, la mise à jour est à faire à la main, à moins d’avoir une distribution fournissant le plugin et le mettant à jour. Mais si vous avez installé flash vous-même, à vous de faire la mise à jour.

Comment s’y prendre ?

1) télécharger install_flash_player_10_linux.tar.gz
2) le décompresser avec ark ou tar -xf install_flash_player_10_linux.tar.gz pour obtenir libflashplayer.so
3) fermer Firefox et sous le compte root copier les fichier libflashplayer.so dans /usr/lib/mozilla/plugins/
4) redémarrer Firefox, taper about:plugins dans la barre d’adresse. On doit maintenant trouver Shockwave Flash en version 10.0 r32

Voila.

Sinon, vous pouvez copier coller ces commandes :

wget http://fpdownload.macromedia.com/get/flashplayer/current/install_flash_player_10_linux.tar.gz
tar -xf install_flash_player_10_linux.tar.gz
su
cp libflashplayer.so /usr/lib/mozilla/plugins/libflashplayer.so

______
François, flashé

Effet curieux de Google Chrome

Après avoir participé au buzz autour de Google Chrome, je dois signaler un effet inattendu : j’ai installé Opera 9.5.

Alors, que penser d’Opera ?

Ce qui me plait:

  • la rapidité au lancement
  • une partie de l’apparence

Ce qui me déplait:

  • le blocage de tout le navigateur à cause d’une page (javascript ou flash ?).
    J’ai souvent ce problème avec Opera 9.64 Linux, mon comparatif montre qu’il n’est pas rapide en javascript.
  • l’autre partie de l’apparence
    En fait, c’est l’interface d’Opera qui n’est pas homogène : les barres d’outils sont plutôt jolies, les panneaux sur le côté ne prennent pas trop de place une fois repliés, les barres d’onglets, de navigation, tout cela c’est bien.
    MAIS, le menu Fichier, moche, en haut, ça fait vraiment tâche. Et pas moyen de le masquer !

    Après une recherche dans les forums, on peut le cacher :
    Il faut éditer ~/.opera/opera6.ini
    et ajouter Show menu=0 dans la section [User Prefs]

    Bon, ça n’est pas très pratique… un masquage automatique serait drôlement mieux.

Question compatibilité, mes applis web fonctionnent, Gmail fonctionne, mais Zimbra n’accepte pas Opera.

J’ai aussi installé Opera Mini 4.2 sur mon HTC Dream sous Android : Nul.

  • pas pratique d’utilisation: il faut appuyer sur la touche menu pour pouvoir saisir un champ de formulaire qui s’affiche de façon difforme,
  • pas joli : pas de zoom,  ou alors tellement mal placé que je ne l’ai pas trouvé.

Opéra Mini, je l’ai viré au bout d’une heure. Même si le site Opera l’annonce avec un tonitruant « le navigateur pour téléphones mobiles le plus populaire », c’est vraiment une nullité sans intérêt. Le navigateur natif d’Android est vraiment beaucoup plus adapté.

Conclusion: je ne vois pas Opera gagner des parts de marché en continuant comme cela.

_______
François.
une nuit à l’Opera.

brevets logiciels, la folie continue

Encore un bon télescopage d’actualités:

  1. Microsoft se voit attribuer un brevet sur les traitements de texte utilisant XML

    Le Bureau américain des brevets et des marques de commerce (USPTO) viens d’accorder à Microsoft un brevet logiciel sur l’utilisation d’un fichier XML contenant un document de traitement de texte qui peut être manipulé par des applications qui comprennent XML.

  2. Un juge ordonne à Microsoft de cesser la commercialisation de Word, à cause d’un brevet sur XML

    Extrait traduit par mes soins :
    Le Juge Leonard Davis du « U.S. District Court for the Eastern District of Texas »  a prononcé une injonction permanente qui « interdit à Microsoft de vendre ou d’importer aux Etats-Unis aucun logiciel Word capable de lire un document .XML .DOCX ou .DOCM contenant des balises XML personnalisées » selon une déclaration des avocats du plaignant :  i4i Inc.
    En fait, cette société canadienne a déposé le brevet en 1998, enregistré sous le No 5787449 et a déjà obtenu une condamnation de Microsoft en Mai, pour un montant de 200 M $.

Quand vont-ils comprendre que les brevet logiciels sont contre-productifs ?

______
François, non breveté

Firefox en utilisation profesionnelle

Je suis un utilisateur de Firefox depuis la version 1, et avant, j’utilisais déjà Netscape v2 v3 v4 v6 v7 puis Mozilla suite. Alors, les problèmes de sites construits uniquement pour Internet Explorer, je connais depuis toujours, ce qui ne m’a jamais posé de problème insurmontable.

Mais je trouve que pour une utilisation profesionnelle, une option par défaut de Firefox 3.5 est problématique : le prefetching.

Quésaquo ? Pour accélérer la navigation, le navigateur précharge certaines informations, en utilisant les liens présents dans la page affichée. On peut précharger plusieurs choses, mais à chaque fois il faut comprendre que ce n’est pas anodin : précharger toutes les pages de tous les liens présents dans une page consomme énormément de bande passante, et une extension de Firefox 2 qui permettait cela s’attirait les foudres de beaucoup de serveurs à cause de cela.

Pour Firefox 3.5, c’est juste au niveau de la requette DNS qu’il y a pré-chargement, mais cela provoque tout de même quelques soucis :

  1. La charge imposée au serveur DNS est grandement multipliée. Ce n’est pas de la bande passante qui est consommée, c’est le nombre de requêtes qui est gênant. Imaginez ce qui ce passe à chaque fois que vous recherchez quelque chose sur Google : le navigateur, après avoir affiché la page de réponse, va faire 10, 20, 50 requêtes au serveur DNS. Pour peut qu’il n’y ait pas de cache local, le DNS du FAI doit sentir la différence. Le fonctionnement du DNS a beau être réparti, hiérarchisé, redondant ou tout ce qu’on veut, une multiplication par 20 ou 50 de la demande a forcément des conséquences.
  2. Une recherche anodine peut obtenir des réponses « inadéquates »: site érotiques/pornographiques, liens vers de vidéo youtube/dailymotion, etc… Si jamais dans l’entreprise, les requêtes DNS sont analysées, l’employé qui n’a consulté aucun de ces sites se verra accusé à tord par ses requêtes DNS.

à savoir : On peut contrôler le fonctionnement du prefetching en faisant about:config au moyen de la variable network.dns.disablePrefetch

______
François, membre de la Ligue de Protection des Pauvres Serveurs DNS qui bossent comme des malades pour de requêtes inutiles 🙂

Où vont les navigateurs web

La sortie de Chrome Linux, de Firefox 3.5beta99, de Safari4 beta et d’Opera 10 beta permet de faire quelques comparaisons et de voir ce que vont donner les navigateurs web. J’ai mélangé les résultats des versions Linux et Windows ainsi que des version officielles et bêta.

Les tests ont été conduits sur la même machine sous Mandriva 2009.1 et XP (double boot).

Voici les résultats « bruts de décoffrage » au test javascrip SunSpider

Le meilleur résultat est le plus rapide !

sunspider javascrip benchmarkRésultat :

  • Internet Explorer 8 s’améliore grandement par rapport à IE7, mais reste loin derrière ses concurrents. Même Konqueror fait mieux, c’est dire 😉
  • l’écart est significatif entre les architectures anciennes d’IE 8 et d’Opera avec les autres. Opera 10 beta rattrape tout juste Firefox 3.0.
  • Firefox 3.5 double sa vitesse javascript par rapport à sa version 3.0
  • Safari et Chrome font course en tête.

Bien entendu, ce n’est qu’un test de la vitesse d’exécution d’un lot de fonctions javascript. D’autres éléments doivent être pris en compte. Il n’empèche que c’est une indication de ce qu’il sera possible de faire du web. En effet, on trouve des bibliothèques toutes faites de javascript permettant de réaliser des applications web étonnantes. Jusqu’à présent, leur seul défaut venait parfois de la lenteur du javascript. On voit clairement que cet inconvénient va se résorber.

Pour le confort d’utilisation et donc la satisfaction de l’utilisateur, le temps de chargement et la gestion de la mémoire jouent beaucoup. Sur ce plan Safari, Chrome et Opera sont très bons.

Pour l’aspect de l’interface, Safari et Chrome sont très bons. Je trouve qu’Opera devrai supprimer la bordure de fenêtre qui jure avec le reste. Depuis Internet Explorer 7, je ne pige pas ce qui passe par la tête des designer de Microsoft. Ils ont voulu faire différent, mais ce n’est vraiment pas une réussite. Firefox reste classique. C’est moins risqué, quoiqu’à la longue cela puisse se retourner contre lui.

Conclusion :

Je pense que Google Chrome va continuer de grimper: belle interface, rapide à démarrer, rapide en javascript, rapide pour le rendu.  Safari a aussi son mot à dire sous Windows, sa part de marché actuelle n’est pas représentative de ses atouts. Firefox va continuer son bonhomme de chemin mais doit continuer d’innover sans tout casser – ce n’est pas simple.

Par contre, qu’Explorer ait encore 70 à 80% de part de marché n’est vraiment pas le résultat de sa « performance« . Le verrouillage du marché a été efficace, vivement que cela cesse.

Edit : Firefox 3.5 RC1 et Epiphany ont été ajoutés.

______
François, nickel-chrome.

Bing: le nouveau flop du géant qui s’essoufle à courir après tous les succès

Bing, c’est le bruit de l’argent mit sur la table par Microsoft pour promouvoir son nouveau super moteur de recherche qui va enfin pouvoir détrôner Goggle et son insolent succès… enfin, dans les rêves de Steve, c’est à dire aussi surement que le nouveau Zune va démolir l’ipod d’Apple.

Testons cette merveille :

Aspect : pas moche, ouais. Pas mal pompé chez LE moteur de référence.
L’image de fond sur la page de recherche, bof, je ne voit pas bien pourquoi… mais ça peut plaire.

Mais tout de même :
– Pas de version mobile, circulez, rien à voir.
– L’image du jour (aujourd’hui c’est patagonia pèse inutilement 72ko sur la page d’accueil – soit 4.4 Moi une fois décompressée dans la RAM pour l’affichage)
– L’affichage est « optimisé pour un écran 1024×768. Sur un écran de petite résolution, c’est difficile, sur un écran de grande résolution, l’image est rikiki.

Pertinence : Soit-disant « révolutionnaire », en fait l’algorithme de recherche n’a pas l’air de bien prendre en compte l’aspect international d’internet.
Je m’explique :
Si vous cherchez « Thé vert » sur bing, il supprime « Thé », le confondant avec « the » (le en anglais) qui n’est pas significatif pour une recherche.
Résultat : au lieu de Thé vert, on obtient des réponses pour « vert« , c’est à dire n’importe quoi. Rigolo, mais pas efficace.
Les liens sponsorisés donnent des résultats plus pertinents que la recherche normale. Les recherches associées donnent un résultat cette fois-ci correct, mais autant Yahoo! que Google donnent directement le bon résultat. Le No 3 ne va pas remonter la pente avec ça.

Recherche d’image : donner les résultat sous forme d’un tableau de 7 colonnes x 128 lignes, oups, il faut un peut de RAM pour afficher tout cela.

Recherche vidéo : le survol permet de « voir » le début de la vidéo, en fait la première seconde, ce qui ne sert à rien.

Cartes : seul bon point pour microsoft, la carthographie est rapide, plus précise, et les vu aériennes plus détaillées que chez Google – jusquà la prochaine mise à jour…
Lors du zoom, l’affichage d’un fond noir fait peur, mais sinon, c’est bien.

Fonctionnalités avancées:
Définitions: j’ai lu dans l’aide que l’on pouvait taper define suivi d’un mot pour obtenir sa définition, ce n’est pas vrai. J’essaye définition, et ça marche mieux, mais le premier résultat est une définition tirée d’encarta, l’encyclopédie abandonnée.
Recherche de liens:

Sur bing links http://www.tf1.fr/ donne 840 réponses
Sur Yahoo! links:http://www.tf1.fr donne 180000 réponses
Sur Google links:http://www.tf1.fr/ donne 248000 réponses

Visiblement, Bing travaille sur une indexation du web 295 fois plus réduite que Google.

Conclusion :

Au lieu de dépenser une fortune en publicité, il aurai été plus efficace d’améliorer l’outil. Dans le domaine de la recherche, Google a placé la barre haut, depuis longtemps, et ce n’est pas avec Bing que Microsoft va renouer avec le succès. La pub n’a pas suffit a faire accepter Vista, elle ne suffira pas à renverser la vapeur. C’est la qualité d’un produit qui peut le faire accepter, pas le marketing. Steve peut faire le singe et transpirer autant qu’il veut, ça ne suffira pas…

singe_suant

Donc, malgrès les millions investis, Bing et Zune, par manque d’originalité et d’idées neuves vont continuer de faire maigrir le mamouth.

_____
François
, pas convaicu par Bing