On oublie pas sa « première fois » !

Si pour mes postes de travail j’utilise Mandriva 2007, en ce qui concerne les serveurs, au travail, j’utilise des distributions Redhat, voire quelques Fedora. Ce qui m’a amené à me poser la question: pourquoi Redhat ?
Pourquoi pas Debian, Suze, Mandriva, ou même une Ubuntu (c’est la mode) ?

Je pense que chacune à des point forts et des faiblesses. Alors qu’est-ce qui me pousse à continuer comme cela ?

Peut-être cette question n’intéresse que moi… encore que. Je trouve la réponse instructive pour comprendre une forme de marketing efficace.

Logo RedhatAlors la réponse est celle-ci: La première fois que j’ai testé linux, ça devait être en 1999, c’était avec un bouquin et un cd-rom Redhah linux . J’avais installé un DNS et un proxy squid pour partager l’accès internet sur un 486 avec 16Mo de RAM.

L’expérience ayant été concluante, Redhat à bénéficié:

  1. d’un capital sympatie
  2. d’un utilisateur de plus en plus aguerri

Depuis tout ce temps, J’ai reçu des tonnes de CD de démo, mais la force de ce cd Redhat a été d’être librement installable et utilisable sans limite. La machine, si elle existe encore, est toujours fonctionnelle. J’ai par contre dans un tirroir des cd d’XP ou de Visual Studio valables 30 jours : je n’ai pas envie d’installer une machine pour 30 jours, c’est du temps perdu. Je ne les ai jamais utilisé.
J’installe Redhat ou Fedora, je monte un relais antispam par exemple, et si ça marche, je n’ai pas envie de perdre le temps investi avec un truc qu’il faut abandonner.

Alors clairement, ça a couté à Redhat de fournir des logiciels gratuitement, mais ça permet de créer une base d’utilisateurs qui connaissent le produit. Mais ensuite j’ai acheté des logiciels à Redhat, j’ai acheté du support à Redhat, et aussi des formations.

Mais aussi clairement, ce mode de diffusion est performant sur le long terme.

Le même modèle est utilisé par VMWare, qui a rendu son serveur de virtualisation gratuit. Sans doute qu’a court terme, c’était un pari, parce que VMWare dominait très confortablement ce marché. Mais dans le rétroviseur, VMWare à bien vu qu’il y avait du monde : Xen et Microsoft entre autres. Alors, pour s’imposer durablement, il faut que des utilisateurs acquièrent l’habitude d’utiliser le produit, mais pour cela il fallait qu’ils puissent vraiment l’utiliser. J’avais lu des dizaine d’articles ou de « livres blanc » vantant les mérites de la virtualisation, mais ce qui m’a « déclenché », c’est de pouvoir installer un serveur, de le faire fonctionner en production, et de voir tous les bienfaits de cette technique.

Ensuite, il faut une offre suffisament modulaire pour avoir quelques services ou produits supplémentaires payants pour pouvoir vivre, mais le moteur de croissance, c’est la base d’utilisateurs. Sans cette base, rien n’est possible. Avec elle, le nombre peut être transformé en revenus: dons pour Wikipedia, reversements Google pour Mozilla, services pour Redhat, Zimbra, Zend, MySql et bien d’autres. Avec une base d’utilisateurs satisfaits, on peut imaginer des sources de revenus.

Alors revoyons ce qui est nécessaire d’ acquérir :

  1. capital sympathie
  2. utilisateurs + expérimentés, ou connaissant bien le produit

Pourquoi les achats Microsoft sont en baisse à mon travail ?

  1. capital sympathie en chute libre depuis longtemps, à cause des licences, des enregistrements pénibles, du manque de documentation, et de la personnalité de son patron.
  2. de moins en moins envie de m’investir sur des produits truffés de restrictions, donc des produits moins maitrisés, etc…

Pendant ce temps là, d’autres avancent:
Les Live-Cd, avec Knoppix en tête, sont très appréciés des Services Informatiques : quels outils pratiques et efficaces !
Les clés USB bootables vont sans doute remplacer les live-cd, parce que plus rapides.
SpamAssassin, ClamAV progressent et gagnent en reconnaissance.

Mais la où je ne pige pas, c’est que j’ai toujours considéré Microsoft comme très bons sur le marketing (j’en arrive même à penser qu’ils ne bons qu’a cela😉 ) mais que pourtant cette entreprise reste très frileuse sur ce mode de fidélisation, préférant l’enfermement du client.

Voilà, c’était ma réflexion du vendredi…  

François 

4 Réponses to “On oublie pas sa « première fois » !”

  1. Riendf Says:

    ‘J’installe Redhat ou Fedora, je monte un relais antispam par exemple, et si ça marche, je n’ai pas envie de perdre le temps investi avec un truc qu’il faut abandonner’

    qu’il FAUT abandonner ?
    je te demande pardon, mais ou est l’obligation d’abandonner ? il suffit de payer le prix de la license demander hein….
    Rien que cette phrase montre clairement tes orientations vis a vis du logiciel, le seul truc que tu veux en fait finalement c’est du gratuit….

  2. x86bar Says:

    Sauf que ces logiciels avec clé d’activation et drm à gogo, une fois installé en version de demo à durée limitée, tu peut toujours acheter, il faudra dés-installer puis ré-installer avec la bonne clé.

    Je ne « veut pas du gratuit », j’en veut pour mon argent !
    Depuis, j’achête régulièrement du redhat, je paie des formations, du support.

    Mais il est clair que pour un éditeur, fournir un produit gratuitement permet d’attirer du monde, dont certains paieront.

    Je ne crois pas que les finances de redhat soient dans le rouge pour autant, c’est que ça a fonctionné.

    Mes orientations sont clairement linuxiennes, je ne m’en cache pas (lire quelques articles de ce blog)

  3. Riendf Says:

    ‘une fois installé en version de demo à durée limitée, tu peut toujours acheter, il faudra dés-installer puis ré-installer avec la bonne clé’
    Marrant mais la plupart des logiciels demandent simplement de mettre une nouvelle clef…
    Et puis reinstaller veut pas dire perdre ses preferences non plus.
    Bref tu FUD un max en generalisant le cas le moins rencontré.
    Quand aux finances de Red Hat elles sont encore loin d’etre solides….a voir l’evolution du titre ces derniers temps….(une pauvre annonce d’oracle, et le titre se prends une claque monumentale….ca a remonte depuis, mais ca montre a quel point le titre est fragile.)

  4. x86bar Says:

    Tout de même, réinstaller un système d’exploitation sans perdre ses préférences, c’est comme cela qu’on se retrouve avec des install bancales.

    Pour le FUD, je pense être plutôt léger dans le genre, face au champion du genre (S Ballmer).

    Pour le cours de l’action redhat, tu parles d’une « claque monumentale », mais comparée aux autres entreprises IT cotées, redhat se comporte bien:
    http://investors.redhat.com/phoenix.zhtml?c=67156&p=irol-stockquotechart&control_javalowerindicator2=&control_javalowerindicator1=&control_javachartfunctions=&control_javaapplet=
    http://fr.finance.yahoo.com/q/bc?s=RHT&t=2y&l=on&z=m&q=l&c=
    Donc, là, tu FUD un max.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :